Fernand et Diane

 

En 1995 lors d’un AVC les médecins attendaient de voir comment les suites évoluaient et malheureusement attendaient trop longtemps et les conséquences devenaient plus permanentes. Ce fut le cas pour Fernand. De nos jours, un tel accident cérébral vasculaire aurait moins de séquelles, puisque traitées autrement.

Pour ce couple, cet accident a changé toute leur vie. Au tout début, ce fut beaucoup de temps à consacrer à la rééducation. Là, encore le pronostic des médecins et des orthophonistes étaient pessimistes. Fernand ne parlait pas du tout et devait 

réapprendre tout de la vie quotidienne et développer de nouvelles habiletés puisque paralyser du côté droit, comme c’est souvent le cas à des degrés variables pour les personnes victimes d’un AVC.

Pour ce couple, ce fut refaire une vie avec cette nouvelle réalité. Au début, c’est très prenant et exigeant confie Diane. Puis, il a fallu que je retourne travailler, il fallait donc que Fernand puisse se débrouiller un peu plus seul.

Avec le temps et l’acceptation au fil des années, ils se sont bâti une vie qui leur plait. Ils passent les hivers dans le sud, voyagent, reçoivent, s’occupent des petits enfants nombreux et même des arrière-petits-enfants. Fernand s’est trouvé plein d’astuces pour faire le ménage du sous-sol ou même placer son bois pour l’hiver. Tous les deux s’impliquent activement dans l’association et Diane est la présidente depuis 2007.

Fernand, qui était le blagueur de la famille a su conserver cette espièglerie dans les yeux et aime à rire et se moquer gentiment même si, 22 ans plus tard, la colère, d’avoir perdu le chemin des mots demeure tout comme au premier jour. Il ne dit que quelques mots et parfois des phrases courtes, mais si vous regardez attentivement une personne aphasique ses yeux et tout son corps vous parlent.

Il y a une vie après un AVC et l’aphasie.