Yvan et Micheline

Yvan et Micheline, frère et sœur et plus encore

 

Yvan a eu son ACV il y a six ans. Depuis, il vit avec l’aphasie et des limitations physiques. Onzième enfant d’une famille de douze, c’est avec sa sœur Micheline, la neuvième enfant, qu’il développe une relation particulière de partenaire de communication.

Dès le début à l’hôpital, Micheline lui demande d’ouvrir ses beaux yeux pour qu’il puisse voir sa fille arriver, ce qu’il fait chaque fois à sa demande. Même si les médecins croyaient qu’il ne parlerait probablement plus jamais, Micheline en son for intérieur se dit « s’il est capable de tousser c’est qu’il a encore sa voix ».

 

Une étrange aventure

 

Commence alors pour une étrange aventure. Micheline peu accoutumée avec Internet s’y met pour mieux connaître l’aphasie. Elle trouve les ressources existantes ainsi que les moyens et trucs pour accompagner son frère dans ce long chemin pour retrouver sa voix. Elle se dit: « Il faut qu’on se comprenne ». Elle est prête à tout pour y arriver. Yvan, comme tous les aphasiques, ont cette aspiration profonde de pouvoir retrouver le chemin des mots et des phrases. La soif de pouvoir à nouveau communiquer avec l’autre devient le principal but de leur vie.

 

Après un ACV , parler comme avant, devient une exigence puissante.

La route est longue et peut-être une source de grande frustration et même de découragement.

Partenaire de communication

Aujourd’hui encore, c’est le souhait le plus cher d’Yvan et toutes son énergie y est consacré. Sa sœur,partenaire de communication, traductrice est sa meilleure alliée. Elle  est sa voix devant les autres. Elle l’encourage, se réjouit avec lui de tous les petits succès, lui fait voir le chemin parcouru. L’épreuve les a encore plus rapprochés. Eux qui se confiaient déjà l’une à l’autre se sont rapprochés davantage tout au long de cette épreuve, ils sont maintenant de véritables complices.

 

 

Ensemble, ils relèvent le défi d’en dire un peu plus tous les jours.